spaluxetv

Archive for mars 2017|Monthly archive page

Mykonos : aromathérapie et farniente au Grace Hotel

In Hotels/Palace, Spa, Travel on mars 31, 2017 at 6:46

 

Proche de la mer, perché sur les collines de Mykonos, l’hôtel Grâce porte bien son nom.

Le bâtiment agence harmonieusement l’architecture traditionnelle et les matériaux contemporains. Il reflète avec délicatesse l’art de vivre en bleu et blanc des Cyclades.



Les meubles simples et élégants dessinés par des artisans locaux côtoient des objets d’art disponibles à la galerie de l’hôtel.

 

Les 31 chambres et suites disposent d’une terrasse avec ou sans jacuzzi mais toujours avec vue sur l’onde azuréenne.

 

L’art du farniente

 

 

De l’aube au milieu de la nuit le restaurant propose une cuisine grecque contemporaine, des snacks et du champagne.
Entre huit heures et midi, le petit déjeuner est un moment-clé du farniente avec vue sur la baie d’Agios Stephanos.
Cet art de la détente se pratique autour de la piscine.
Il faut bien prendre du repos avant de descendre en ville ou au port s’égailler dans la kirielle de petites rues, dans les clubs ou sur un yacht.

Le spa : aromathérapie et produits naturels 

 

La relaxation se travaille également au spa dont le décor apaise d’emblée avec ses couleurs douces et sa dominante de bois.


On y dispense des soins basés sur l’aromathérapie chère à Hyppocrate l’ancêtre grec de la médecine.


Les produits sont locaux et naturels. Le miel tient une place de choix dans les traitements. Comme les huiles essentielles.
Le rituel signature « le Cyclade » débute par un bain des pieds et le choix d’une huile aromatique. Il se poursuit par un massage relaxant du visage et du cuir chevelu aux huiles essentielles. Après le nettoyage de peau tout en douceur, vient le moment du soin ultra nourrissant à base de gelée d’abeille et de vin rouge. L’objectif est de nourrir la peau et d’en réveiller l’éclat.  

Le spa dispose d’un sauna, propose des massages, de traitements d’algothérapie, des prestations de manucurie et de pédicurie.

En sortant su spa, l’esprit apaisé est plus réceptif à l’art.

 

C’est le moment de visiter la galerie de l’hôtel. Elle propose une sélection d’objets et d’œuvres réalises par des créateurs grecs.  

Ils trouveront grâce ou pas aux yeux des visiteurs.

Publicités

Le Baroque des Lumières au Petit Palais

In art on mars 30, 2017 at 1:34

Bande son : Rameau. Décor:  une église et son parcours ecclesial. Le Petit Palais allie originalité et patience (3 ans de préparation) pour l’exposition « Le Baroque des Lumières : chefs-d’oeuvre des églises parisiennes au 18ème siècle. »

 

L’exposition rassemble 200 pièces venues des églises et des musées de la capitale, de province voire de beaucoup plus loin. Durant la Révolution Française, les oeuvres connurent diverses formes de dispersion. Elle furent reléguées dans des entrepôts, affichées dans les musées naissants ou prirent la route de l’exil en particulier du Québec.

Les Églises : un salon pour artistes

« Le Baroque des Lumières  » s’est fixé un double objectif.

En premier lieu, rendre à la peinture religieuse la place qu’elle occupait au grand siècle. Une place occultée par la prévalence des scènes galantes et du portrait.

En second lieu, rappeler l’importance des  lieux de cultes. Où s’exposait la peinture contemporaine avant l’apparition des musées ? Au Salon, à la cour, dans les châteaux et surtout … dans les églises. Pour information, Paris compte 96 édifices cultuels. Une aubaine pour les peintres qui cherchaient à se distinguer.

Scénographie baroque et mystique

Le scénographie très baroque avec ses arrières-plans, perspectives, chapiteaux, boiseries, trompe-l’oeil et jeu entre le clair et l’obscur est signée Véronique Dollfus.

 

 

Le parcours, organisé en huit sections, s’ouvre sur un porche où sont exposés trois tableaux dont une « Naissance de la Vierge » par Jean Restout. La Vierge est baignée dans des limbes d’une blancheur qui ferait presque plier le genou.

On découvre une reconstitution de la Chapelle des enfants trouvés de Charles Natoire avant de suivre un sombre déambulatoire qui mène à une haute nef baroque baignée par la douce lumière des vitraux. Une enfilade de chapelles boisées et un chevet à la clarté bleutée plus loin, voici l’autre nef. De style néo-classique elle nous imprègne de son aura solennelle.

Deux nefs hommage aux grands retables

Dans les nefs sont exposés des grands formats hauts parfois de 30 mètres. On y admire notamment un Christ en croix de Jacques-Louis David, une vie des saints peint par Jean-Nicolas Coypel (Saint François de Paule et ses compagnons traversant le détroit de Messine sur son manteau),  par François Lemoine (Saint-Jean Baptiste), par Jean Restout (Saint-Pierre en prière ) …

« Les huit sections permettent d’apprécier le raffinement des retables et leur différences de style, de la grâce colorée typique de François Lemoine, Jean-François de Troy ou Noël Hallé jusqu’au néo-classicisme épuré d’un Drouais ou bien-sûr d’un David » explique Christophe Leribault, directeur du Petit Palais et co-commissaire de l’exposition.

Un parcours in situ est proposé dans divers édifices religieux parisiens.

 

 

Le Baroque des Lumières

Le Petit Palais

du 21 mars au 16 juillet

http://www.petitpalais.fr

Exposition Jean Doucet 30 ans de couture : robes de princesse et ballerines

In fashion, photographie on mars 18, 2017 at 12:11

Formé auprès des plus grands – Dior, Patou, Chanel, Ungaro, Paco Rabanne-, Jean Doucet dessine des robes de fées pour les mariages, les cocktails, les soirées.

Le 16 février dernier, il fêtait ses 30 ans de couture au Grand Palais dans le cadre du Salon des Artistes Français.

Pour l’occasion, il avait demandé à la photographe Afsaneh Afkhami de réaliser une série de clichés de ses créations portées par de jeunes danseurs et danseuses de l’Opéra de Paris. La mise en beauté -maquillage et coiffure- était signée Jérôme Guézou (Angel Studio).

Les photos étaient exposées à côté de mannequins en pied revêtus des tenues vaporeuses du couturier en soie, satin, taffetas, organza, gazar …

http://www.jeandoucet.com

Les conséquences : quand l’art croise le Tao et les poissons

In #littérature, art on mars 17, 2017 at 9:29

La minuscule Minnie Panis (1,53m) est une artiste conceptuelle en vogue. Elle a bâti sa jeune renommée sur ses interrogations métaphysiques « Minie Pannis existe-t-elle? » et esthético-médiatiques « Je ne sais pas si je suis une artiste » .

Puisque la vie est art et l’art performance, Minnie multiplie les expériences. Elle devient elle-même objet de manipulation quand le Photographe, son amant, la shoote sous toutes les coutures d’une nuisette Lanvin au nombre d’euros indécent. Le tout dans son sommeil, sans accord préalable et en la droguant. Résultat, une vingtaine de pages dans Vogue UK Une gloire inattendue et surtout un choc. Car les oeuvres de Minnie s’attachent à montrer les reliquats de sa vie (objets, détritus …) sans jamais dévoiler son image. Pour prix de cette duplicité Minnie impose un marché qui la mènera vers son destin aux allures de flash back taoïste.

Ce premier livre déroutant et érudit de la néerlandaise Nina Weijers commence comme une critique du milieu de l’art puis nous déroute vers le Tao.

Il y est beaucoup question de poids, de pesanteur et d’apesanteur, de présence et d’absence au monde. Minie a failli ne pas exister. Sa vie est une victoire, une performance. Grande prématurée, elle n’a survécu que grâce à l’acharnement de sa mère -qui se révèléra beaucoup moins lisse que son personnage ne le laisse paraître- et aux méthodes très peu académiques d’un pédiatre adepte du New-Age. Méthodes qui laisseront la fillette puis la jeune femme hantée par la voix d’une mystique du moyen-âge Hildegarde de Bingen.

Drôle, bourré de rebondissements et de coups de griffe à l’époque, hommage à Amsterdam et à ses glaces, « Les Conséquences » est un roman à tiroirs qui célèbre les vies de traverse.

« Ce que doit faire le poisson est de se perdre dans l’eau« .  

 

Les Conséquences

Nina Weijers

Actes Sud, 2017

The House of Eyewear : extravaganza x expertise

In #accessoires, fashion, lunetterie de luxe, mode on mars 14, 2017 at 3:05

Rue de la Trémoille, tout près de l’avenue George-V, on promène son regard : un oeil sur la dernière collection Diane de Furstenberg, l’autre sur la façade de The House of Eyewear.

L’adresse, ouverte depuis 2013, regorge de lunettes plus extravagantes les unes que les autres. Des mains de fatmas qui se rabattent sur les verres, des hublots, un pantone de couleurs, des montures en acétate, en métal, en écaille de tortue, en corne de buffle …

Carte blanche aux designers

 

 

Sandrine Da Costa, la propriétaire de cette boutique de haute lunetterie, revendique l’extravagance et la diversité « Les lunettes les plus folles sont destinées à notre clientèle moyen-orientale » précise-t-elle. On s’en doutait un peu.

L’enseigne -ex Les Plus Belles Lunettes du Monde- propose par ailleurs des modèles plus classiques. Ici, le motto est l’ouverture. « Les points communs de nos designers sont l’audace, l’intuition, l’esthétique ainsi qu’une connaissance des belles matières travaillées à la main dans des ateliers de tradition en France et en Europe ainsi qu’au Japon« . Des créations Lucas de Staël, Salt, Alain Mikli, Martin Margiela côtoient ainsi la fashionesque Mykita, Face à Face, Théo …

 

1000 modèles optiques et 750 solaires

Sur deux étages le concept store propose 1000 modèles optiques et 750 solaires (Thierry Lasry, Chrome Hearts …)

Sandrine Da Costa a dessiné les meubles et conçu la déco avec le voyage comme fil d’Ariane. Aux murs des azulejos -hommage aux racines portugaises de l’opticienne-, au sol des bois chauds comme il se doit, une table avec un un gros bol de verre rempli de marshmallows (miam !), des bibelots géants et des présentoirs.

Corner d’ophtalmologie

L’équipe est constituée d’opticiens diplômés dont Charlotte capable d’établir un bilan visuel et de déceler les changements de correction.

Benjamin, pour sa part, prodigue des conseils en fonction des morphologies.

 

 

The House Of Eyewear

30 rue de la Tremoille

75008 Paris

http://www.thehouseofeyewear.com

Jamin Puech : Kawaï x Mexico

In #accessoires, fashion, Lifestyle, mode on mars 11, 2017 at 8:03

jaminpuech-atelier-bufille-spaluxetv-finelifetv

Toucans, piments, pigments … la collection SS 17 Jamin Puech célèbre le Mexique. On y trouve même un sac à l’effigie de Frida Kahlo.

La marque s’est associée aux ateliers Buffile et expose dans la boutique de la rue Madame une série de plats en céramique qui claquent comme des riffs de banjo dans un film du grand Quentin (Tarantino).

Faïence radieuse

La confection d’une pièce de faïence est nettement plus complexe qu’une tortilla. « Nous avons échangé 6 mois avec l’équipe de Jamin Puech » explique Romain Bufille le bout de la moustache impeccablement cirée. « Aux allers retours pour s’entendre sur les formes et les couleurs s’ajoutait la fabrication » précise l’héritier de cette famille d’artisans d’art qui a ouvert son atelier à Aix en Provence en 1945. « Il faut une journée pour réaliser une pièce en faïence de 3 à 4 kg. On doit créer la forme, la faire cuire à 1000° pendant 12 H, appliquer une couche de base en émail, la sérigraphier et, pour finir, travailler les couleurs au pinceau … Il y a toujours des surprises avec les pigments« .

L’atelier Bufille vend ses céramiques à des collectionneurs de la région ainsi qu’à des boutiques de Musée (Arts Déco, Picasso, quai Branly).

jaminpuech-mecican-collection-spaluxetv-finelifetv

Jamin Puech, elle, partage son temps entre la France et … un peu partout dans le monde notamment le Japon où elle a deux boutiques. « Les japonaises adorent les sacs en forme d’animaux et les incrustations animalières » note Meredith, la directrice commerciale de la marque.

Couleur partout et toucan roi

Les addicts de Kawaï ne seront pas déçues. Des sacs perroquets multicolores brodées de dizaines de perles par les artisans indiens (travail réservé aux hommes !)  discutent avec des lamas too cute aux mille insertions colorées.

 

Côté classiques, le Honu ou le Borla aux pompons repeignés, s’affichent en jaune bec de toucan, bleu foot, vert cactus rageur, rouge caliente. Les bags en raffia fabriqués à Madagascar par une association de femmes ressemblent à des agrégats de coquillages.

On voyage en scope avec en bande son une samba remixée de Tiësto.

 

Jamin Puech

43 rue Madame

75 006 Paris

http://www.jamin-puech.com

 

Ile Maurice : le Telfair entre forêt et lagon

In tourisme, Travel on mars 9, 2017 at 9:41
-1

 

La seule chose que le poison doit faire est de se perdre dans l’eau dit le Tao.

 

Le Bel Ombre mauricien va plutôt se noyer dans la verdure. Au sud de l’Ile, le domaine, homonyme du poisson vert et bleu, s’étend sur 2 500 hectares : des collines, une réserve naturelle, un golf de 18 trous, des jardins, un lagon … turquoise comme il se doit.

Un soupçon d’histoire. Le domaine a été mis en valeur par le médecin botaniste irlandais James Telfair. Cet observateur de la faune et de la flore a acquis les terres en 1816. Il y a laissé sa marque : le respect de  la nature.

 

-5

 

Sa femme, elle, y développa un art de vivre mi irlandais mi-colonial.

L’architecte en bois blanc du Telfair Hôtel & Spa reste fidèle à l’esprit originel.

 

ile-maurice-hotel-telfair-spaluxetv

ile-maurice-vue-hotel-telfair-spaluxetv
ile-maurice-domaine-telfair-vue-mer-spaluxetv

 

On y trouve ainsi auvents dentellés, parquets de bois, poutres dans le lobby.

Des lits à baldaquins habillent les 158 chambres et suites des bâtiments ainsi que des villas.

 

-14

 

Les restaurants et les bars cultivent également cet « Héritage Touch ».

ile-maurice-restaurant-belombre-jardins.telfair.spaluxetv

 

Le Château de Bel Ombre, entouré de jardins presque versaillais, est l’une des adresses gastronomiques phare de l’Ile Maurice. Point de Tao ici. Ici règne sans partage la chair, bonne et raffinée.

 ile-maurice-restaurant-belombre-telfair-spaluxetv
  L’esprit du Tao on le retrouve plutôt au Village spa de 2000 m2.
ile-maurice-telfair-piscine-spa-spaluxe-tv.jpg
On y vit des expériences entre présence au monde et lâcher prise.
Comme son nom l’indique, Le Seven Colours Spa fait la part belle aux couleurs, surtout associées aux chakras.

Ile-Maurice-Telfair-spa-massage-spaluxetv

La carte des modelages met en avant le rituel au coco. Elle propose aussi des soins anti jet lag et détente post golf.

-2

villa spa du spa Seven Colors de l’hôtel Telfair

-3
-3
ile-maurice-yoga-telfair-spaluxetv
Des sommités du reiki, du yoga, de la méditation et du développement personnel sont régulièrement invités.
Options non négligeables : flâner près de la rivière, buller dans les baldaquins de plage, prendre un cocktail entre piscine et océan ou planer au dessus de la mer.
 ile-maurice-telfair-riviere

  ile-maurice-bar-plage-telfair-spaluxetv

Évitez toutefois de vous perdre dans l’eau, vous n’êtes qu’un lointain descendant de poisson.

 

http://www.heritageresorts.mu/fr/Telfair

 

Reportage vidéo sur FineLife TV soon soon son

Soins des cheveux fins : shampoings, masques, volumateurs

In beauté, beauty on mars 8, 2017 at 5:19

Pas de crinière de lionne ? Impossible de tourner la tête à droite splash puis à gauche splash (again) pour faire genre mermaid en mode clubbing ? Pour les petits cheveux fins il reste l’option extension (compliquée) et celle des soins profonds doublés d’une routine de beauté à base de produits non agressifs et volumateurs.

Nous avons déjà testé un certain nombre de soins ciblés chez Carita, chez David Lucas et son excellent Tokio Inkarami, chez Opalis (number one de notre panthéon)

 

John Frieda Luxurious Volume

Cette fois-ci direction l’avenue des Ternes et le salon John Frieda pour le lancement de la nouvelle gamme cheveux fins « Luxurious Volume ».

Le salon mêle l’ancien (vitraux Art Déco, poutres apparentes, pierres de taille) et le nouveau (rails métalliques, néons, boules de lumière).

Le corner de la salle des shampoings est équipé de fauteuils massants et de bacs confortables.

Le personnel s’enquière de la température de l’eau, de la pression du massage. So, tout good côté accueil.

Le soin comprend trois étapes.

Un lavage « core restore » à la protéine fibre fortifiée puis l’application d’un soin démêlant … toujours à la fibre fortifiée. Pourquoi fortifiée ? On nous explique « Les cheveux fins manquent de la protéine nécessaire pour avoir du corps et assez de vitalité pour fixer une coiffure« . Mince, nous « les cheveux fins » avons un ADN pas fini. Que faire ? Fortifier bien sûr.

Et la mission finale (la troisième étape donc) revient au « soin avancé volumisant » qui « forme des liaisons temporaires entre les chaînes de protéines naturelles du cheveu« .

Le produit est activé par le sèche cheveu, pas vraiment idéal (euphémisme) pour la santé capillaire. « Dans le secret de notre salle de bains », nous avons rusé en vaporisant puis en enroulant les cheveux dans une grosse serviette moelleuse. Après le séchage naturel, nous avons modelé avec les doigts. Résultat : un effet volume en coiffé -décoiffé. Pour la densification et la fortification … disons … que l’on va attendre.

Par ailleurs, la marque pourrait réduire son utilisation d’emballage plastique (soin avancé). À l’heure où l’on s’interroge sur les moyens d’éradiquer cette plaie pour les océans et leurs habitants nos petits cheveux fins se hérissent -légèrement, restons modestes, encore une fois pas question de faire graouuu avec votre « masse » capillaire- devant ces dérivés pétrochimiques.

 

Loren Kadi soins ayurvédiques

 

Autre univers, Loren Kadi et ses soins ayurvédiques naturels.

Petite fille de coiffeur parfumeur, Laurence lance sa marque Loren Kadi en 2010. Elle s’inscrit dans une expérience éthique et équitable (collaboration avec de petits producteurs indiens) riche de 25 ans de création et de fabrication de textile et de mobilier en Inde et en Indonésie. Laurence (Loren), diplômée des Beaux Arts, a en effet commencé sa carrière en tant que sculptrice et créatrice de bijoux.

 

Nous avons testé le shampoing à la rose pour cheveux fins et sans vigueur en alternance avec le shampoing à l’hibiscus pour cheveux secs. Le tout en association avec le masque soyeux à l’hibiscus et aloevera appliqué avant le shampoing.

 

En Ayurveda l’extrait de fleurs d’Hibiscus fait partie des must have pour beaux cheveux.

La marque conseille de masser profondément le cuir chevelu lors des lavages et de la pose de masques. Ce qui active la micro circulation. Consigne suivie scrupuleusement.

 

Résultat : cheveux doux, plus de frisottis, gain de volume.

 

 

 

 

John Frieda

44 avenue des Ternes

75008 Paris

http://www.johnfrieda.fr

 

Loren Kadi

http://www.lorenkadi.com