spaluxetv

Archive for the ‘#Versailles’ Category

L’Hôtel de Beauté : art et cosmétique contemporaine

In #Versailles, beauté on avril 30, 2016 at 7:08

hotel-de-beaute-versailles-spaluxetv En Good Green Citizen nous avons décliné l’offre d’un chauffeur avec méhari pour nous rendre à Versailles Nous avons préféré le train. Mais voilà il y a trois gares à Versailles. La bonne, qui se trouve à 150 m de la maison de « cosmétique contemporaine » et deux autres. Nous ne sommes pas descendues à l’endroit indiqué mais cette erreur fut très agréable. Nous avons flâné dans le quartier historique, jeté un œil au Château et pris une photo -ratée- d’un superbe entraînement équestre dans les écuries royales.

L’hôtel de beauté est situé dans l’ancien hôtel des Gabelles construit par Louis XIV au XVIIe siècle. La nuit il s’illumine de violet,  la couleur signature de ce lieu contemporain entre art et cosmétiques.

À l’entrée, une cour pavée rebaptisée jardin de pierres. Aidée par sa fille Erika, la propriétaire Odile Finck -pharmacienne et communicante- a fait inscrire des noms de fleurs sur les pavés de cet espace qui deviendra, aux beaux jours, un lieu vegan et un salon de thé gourmand.

On pousse les portes de verre  designées et voici de nouveaux une coure de pierres, un cadastre qui raconte l’histoire de l’endroit en 22 dalles de 40×40 cm taillées par un sculpteur.

Le comptoir de l’accueil a été spécialement conçu pour y encastrer une améthyste de 500 kg. Au-dessus, deux tableaux de Fabrice Hyper. Autour, un corner shopping original qui mêle produits cosmétiques adoptés par la maison, objets d’art et artisanat de luxe. La propriétaire a racheté le fond de joallerie d’Eric Lopez , un artisan qui s’est converti à la sculpture. Mais l’on trouve aussi des nounours en bouquets ou en sautoirs -baptisés Louis en hommage au roi soleil-, des porte-smartphones ou des porte-monnaies en peau de crapaud confectionnés par le tanneur d’Hermes …

Un kimono japonais vintage dressé sur un mannequin rappelle qu’il convient de demeurer élégant à la maison.

hotel-de-beauté-corner-gourmand-spaluxetv

À droite de l’entrée, la suite VIP également destinée aux personnes à mobilité réduite. C’est l’écrin le plus classique avec deux tableaux de l’école Ingres, une échelle indonésienne et des rosaces sur les murs, petite touche décalée. Le lustre en feuilles de papier calque et fils de fer se retrouve un peu partout dans la maison de beauté à côté des Baccarat Starck. La table de soins est très large (80 cm) et surprise, un tiroir amovible permet de se faire laver les cheveux allongé(e). Un délice paraît-il à addictif.

Chacune des 7 suites, couvrant entre 21 et 27 m2, offre l’ensemble des prestations de l’hôtel y compris le champagne et les petits plaisirs gourmands. On la réserve selon l’humeur de 2h à une-demi-journée voire plus. 

Nous grimpons l’escalier XVIIIe dont le premier stop débouche sur l’Open Space. C’est ici que les clientes ne souhaitant pas recevoir des soins en suite privée se voient prodiguer manucure, pédicure, coiffage (avec lissages, balayages …) Un corner avec maquillage bio est aussi à disposition. Une sculpture moitiée sirène moitiée serpent rampe sur la largeur d’un mur. Deux compositions faites de cheveux ornant un tee-shirt habillent le coin coiffure. Un corner lounge design appelle à la paresse.

hotel-de-beauté-versailles-openspace-spaluxetv

Nous devons tester une pédicure avec pause de vernis semi permanent bio. L’hôtesse de beauté, habillé d’un bien joli uniforme violet Issey Miyake, nous conduit à une extrémité de l’Open Space dans un corner très design agrémenté de toutes petites touches drôlatiques  comme cette botte customisée par un artiste en écho à la beauté des pieds (voir visuel). Par discrétion, elle tire un panneau isolant le corner pédicurie.

hotel-de-beauté-versailles-pedicure-spaluxetv

Surprise, nous avions demandé un thé vert à la menthe et nous nous retrouvons avec un Lipton. Le soin se déroule sans que l’on nous propose des chaussons. C’est le manager qui nous les a fourni. À revoir donc. L’esthéticienne nous demande si nous préférons l’eau chaude l’eau tiède, dépose une pastille effervescente dans le bac qui combine luminothérapie et massage. Elle procède à un gommage, à un ponçage puis s’occupe des petites peaux, de la coupe des ongles et de son rendu. La pose du vernis semi permanent est incompatible avec les substances grasses, le modelage se fait donc à la fin. L’hôtesse nous précise que le vernis bio ne rend sa brillance maximale que deux ou trois jours plus tard. Nous le trouvons déjà pas mal du tout après la pause. Elle nous propose soit de revenir pour ôter le vernis soit de nous donner de quoi le faire à la maison. Nous aimons beaucoup le petit flacon de bois serti de verre du vernis.  Le noir est magnifique mais le choix de couleurs est large des « corail » aux rouges en passant par le bleu, le vert, et les beiges.

Nous reprenons l’escalier d’époque pour nous rendre à l’étage « technologique ».

« Je me suis déplacée en Amérique Latine et aux États-Unis pour choisir les machines » explique Odile Finck « Certaines traitent la culotte de cheval, les poignées d’amour, les bourrelets rebelles sur les genoux ou sous les bras avec des techniques de cryolise ou d’ultrasons et lissent la peau en utilisant le radiofréquence. D’autres aident à sculpter l’oval du visage ou la silhouette en travaillant le tissu  profond par ultrasons ou thermage. D’autres dépilent ou encore repulpent le visage grâce a la lumière pulsée sélective. Ce sont des machines médicales utilisées dans une version esthétique. J’ai formé les hôtesses et je supervise leur travail« . La directrice insiste sur la sécurité, les bienfaits des associations de technologies et l’adaptation des protocoles après le diagnostique préalable à tout soin.

hotel-de-beauté-versailles-suite-technique-spaluxetv

On nous attend pour un soin du visage cosmeceutique. La suite est superbe, grande (27 m²)  avec parquet de bois blond, grand miroir, lustre de cristal, fauteuils design, sculptures khmères sur la cheminée d’époque. « Nous procédons par layeling » précise l’esthéticienne très prévenante en nous demandant si nous voulons une couverture supplémentaire. Inutile, nous sommes drapées dans un peignoire violet (évidemment) ultra moelleux. Le soin de 45 mn comprend un nettoyage de la peau, un peeling, la pose de sérum puis d’un masque hydratant et anti-âge sous luminothérapie pendant une vingtaine de mn. Le moment se termine par une léger modelage. Le résultat est très satisfaisant : teint (encore) plus claire, peau élastique et pulpée. En prime un amour de petit nounours !

hotel-de-beaute-versailles-suite-bien-etre-spaluxetv  

Pour les soins cocooning il faut se rendre dans la partie bien-être de l’Hôtel.

Les hommes disposent de leur propre espace avec fauteuil de barbier et soins dédiés. Ils y reçoivent aussi les soins de la carte. En sortant, une sculpture en forme de lame de rasoir. Monsieur met la tête dans l’un des interstices et hop un selfie !

hotel-de-beauté-suite-homme-barbier-spaluxetv

Vous terminons la découverte des 1000 m2 de L’Hôtel de Beauté par l’espace gourmant intérieur. Sous une verrière, un piano, des chaises classiques ou design, des paravents, des objets d’art.

hotel-de-beauté-versailles-corner-gourmand-spaluxetv  

Recommandé aux amateurs d’art et de soins de pointe mais aussi pour une escale bien-être originale lors d’un city-break à Versailles.    

 

Hôtel de Beauté

6 Avenue de Sceaux,

78000 Versailles

 

Publicités

Versailles : un hôtel près de l’Orangerie

In #Versailles on août 17, 2015 at 7:13
Orangerie du Château de Versailles/ www.all-free-photos.com

Orangerie du Château de Versailles/ http://www.all-free-photos.com

L’Établissement public du château de Versailles a lancé un appel d’offres pour la transformation en hôtel d’un ensemble de trois bâtiments longeant le Parterre de l’Orangerie, a indiqué lundi la direction de l’établissement, confirmant une information du Journal du Dimanche (JDD).

Situés en prolongement de l’aile du Midi, le Grand Contrôle, le Petit Contrôle et le Pavillon des premières cent marches, représentant une superficie totale de 2.800 m2, sont inoccupés depuis 2008.
Selon le projet, l’accès de l’hôtel sera extérieur au parc, rue de l’Indépendance américaine, mais une partie des chambres donnera sur l’Orangerie.

Selon l’appel d’offres publié il y a une quinzaine de jours, la rénovation de la toiture et des murs représente un investissement évalué entre quatre et sept millions d’euros, auquel viendraient s’ajouter quatre millions d’euros pour l’aménagement intérieur.
La concession est accordée pour 60 ans.

« Cette démarche, souligne-t-on de source proche de la direction du domaine de Versailles, s’inscrit dans la politique de rénovation et valorisation des espaces et d’implantation d’activités économiques dans les monuments historiques, définie depuis plusieurs années par le ministre de la Culture et le secrétaire d’État au Tourisme ».
Le groupe AccorHotels, qui participe à l’appel d’offres selon le JDD, a confirmé son intérêt à l’AFP. « Ce qui serait surprenant, c’est qu’on ne fasse pas partie des groupes qui soumettent un projet. A partir du moment où vous êtes numéro un sur un marché, c’est logique qu’on soit dans la course », a indiqué un porte-parole.

Hôtel Le Grand Contrôle/ Versailles

Hôtel Le Grand Contrôle/ Versailles

Un projet de transformation du Grand Contrôle (les finances royales) en « hôtel de charme » de 23 chambres avait été annoncé en 2010 par l’ancien président du domaine Jean-Jacques Aillagon. Une concession pour une durée de 30 ans avait été accordée à une société privée, Ivy International, qui avait finalement renoncé.

Construit par le grand architecte Jules Hardouin-Mansart (par ailleurs créateur des Invalides) , le Grand Contrôle a servi au contrôle général des finances de 1723 à la Révolution, d’où son nom, et abrité de grands personnages comme Turgot, Calonne, Lomenie de Brienne, ou encore Necker.
Affecté au ministère de la Guerre au milieu du XIXe siècle, il a notamment été utilisé comme mess des officiers avant d’être restitué récemment à l’établissement public du château de Versailles.

Jules Hardouin-Mansart architecte de l'hôtel du Grand Contrôle et de bon nombre de réalisations du château de Versailles

Jules Hardouin-Mansart architecte de l’hôtel du Grand Contrôle et de beaucoup de réalisations du château de Versailles

AFP