spaluxetv

Posts Tagged ‘#livres’

FINELIFE TV plaisirs des sens et de l’esprit

In luxe on août 23, 2017 at 5:49

FineLife TV vous convie à déguster nourritures terrestres et saveurs de l’esprit.

Au menu : slow travel, reportages immersifs dans l’art, la mode, la gastronomie, découverte de lieux inédits, débats et rencontres avec philosophes et spécialistes autour de thèmes choisis (l’écologie, le monde digital, le bien-être, la beauté, le voyage, l’art, le style, la consommation …)

La charte éditoriale, à dominante eco-luxury, repose sur l’idée que le Beau est une entrée, un outil de sensibilisation aux problématiques actuelles.

La version anglaise de FineLife Tv sera prête en fin d’année

FINELIFETV c’est Ici http://finelife.tv

On vous attend !!!

On vous attend !

Publicités

Brésil : regard en biais sur les JO/ Rio Nosso

In brésil, JO de Rio, tourisme, Travel on août 12, 2016 at 7:29

 

corcovado-christ-redempteur-vue-du-ciel33 897218-anneaux-olympiques-le-22-juillet-2012-a-londres33

Les JO battent leur plein, pas à l’avantage des Français certes mais dans l’esprit olympique l’essentiel n’est-il pas de participer ?

Nous ravalons donc le cocorico national pour saluer les performances des athlètes (non dopés). Rappelons toutefois que l’organisation des Olympiades au Brésil a fait l’objet de polémiques tant sur les coûts et les retombées économiques que sur la répression des habitants des favellas. Une polémique récurrente puisque de Pékin à Sotche (Russie) les JO ont été attaqués pour leur impact négatif sur l’économie et les populations.

Dont acte. En mode « pensée positive » on peut néanmoins imaginer que les projecteurs braqués sur les JO de Rio éveilleront ou renforceront la curiosité pour le pays.

220px-Jorge_Amado,_193533Paulo-Coelho-33

Les livres.

On peut découvrir le Brésil par les livres.

Ce qui tombe bien puisque nous sommes en période estivale. Dans un hammac, sur un rocher, sous un arbre ou entre deux mojitos experiences, vous pouvez (re)lire les grands auteurs nationaux : « Bahia de tous les saints » de l’immense Jorge Amado , « L’Alchimiste » de Paulo Coelho (oui, oui, le gourou est brésilien), « Mon bel oranger » de José Mauro de Vasconcelos mais aussi Joaquim-Maria Machado de Assis. L’auteur de « Dom Casmurro ou les yeux du  ressac » est considéré comme le plus grand auteur brésilien du XIXe siècle. Les critiques comparent son style réaliste à celui de Balzac. La plume de Milton Hatoum, le témoin d’une Amazone métisse, est, elle, marquée par Proust et Flaubert du moins selon son éditeur. 

Le Brésil était l’invité d’honneur du Salon du Livre 2015. Vous pouvez retrouver sur le site de la manifestation les auteurs les plus en vue et les talents prometteurs.

http://www.livreparis.com

Ajoutons un regard français, « Rouge Brésil », de Jean-Christophe Rufin, ancien Président de MSF et Prix Goncourt 2001 pour cet ouvrage.

  rio-nosso-1-spaluxetv

RIO NOSSO

Jetons aussi un oeil sur « Rio Nosso : 1 ville, 2 filles, 3 ans » un livre « carnet d’immersion » écrit à quatre mains par Camille Lebon à la plume et Johanna Thomé de Souza aux crayons. Les aventures et mésaventures quotidiennes des deux jeunes femmes dans un Rio déroutant ont le goût d’un bonbon pimenté. Il faut garder la pêche pour en apprivoiser la saveur aux mille piqures. Les illustrations de Johanna, de la pleine page saturée de bleus, aux strips en passant par les guirlandes de personnages, font corps avec les textes de Camille. Tantôt rigolos tantôt inquiétants.

RIO NOSSO 7 RIO NOSSO 2 rio-nosso-spaluxetv

 

 

 

Les deux  jeunes femmes abordent Rio par le quotidien (blattes, problèmes d’eau, chaleur -Rio +50°-, froid -Rio-5°-, courant alternatif, foot, médias, cuisine, dikats balnéaires, religion …) et les clichés (carnanal, samba, plage, amour …) puis glissent vers les sujets « de société » lourds.

Au pays de la top Gisele Bundchen et du culte du corps, l’obésité et la malnutrition font des ravages. « En 2013, 18,6 millions d’individus (sur 200 M NDR) souffraient encore de la faim en particulier parmi les Nordestinos et les Indiens. Tandis que le Brésil atteignait le 5ème rang parmi les pays touchés par l’obésité« .

Comme au Vénézuela, la violence contre les femmes est une question nationale. En mai dernier, la diffusion une vidéo sur le viol en réunion (une trentaine selon l’un des criminels) d’une adolescente de 16 ans dans sa favela de Rio Ouest a entraîné une réaction nationale suivie par une manifestation de masse contre la « culture du viol ». La zone ouest de Rio aurait concentrée près de la moité des plaintes pour viol en 2015 : 705 sur 1610. Une loi fédérale a été votée pour durcir les peines en cas de viol sur mineur(e)s.

Les discriminations à l’encontre des noirs demeurent flagrantes malgré la promulgation de lois sur les quotas et la reconnaissance de la culture et des religions afro-brésiliennes.

La concentration des richesses accompagne le développement économique. Des quartiers « castes » imperméables empêchent les coexistences dissonantes.

En dépit de ces constats peu réjouissants, « Rio Nosso » est un livre qui vit, qui pétille, qui donne envie de bouger. Bref qui a l’esprit carioca.

« Rio Nosso », Camille Lebon, Johanna Thomé de Souza, Éditions de la Martinière, 30 E.  

Le Livre du Cygne : mythes de givre et de parchemin

In #littérature on mai 8, 2016 at 2:18

Le-livre-du-cygne-spaluxetv  

Quand la terre devint fantôme de gel et de blizzard, les peuples du Nord se mirent en marche vers l’exil. Un cygne immaculé scella leur destin de bohémiens blancs.

Dans une épave de l’armée australienne posée sur un souvenir de lac devenu étang putride, Bella Donna de la Flotte raconte à une petite fille aborigène l’épopée de ces migrants climatiques dont elle est l’ultime rescapée. C’est un chant sacré, une mémoire des mythes du monde comme l’est ici le « Rêve », la mythologie des antipodes.

La petite adoptée écoute. Oblivia ne parle ni ne chante. Traumatisée par un viol collectif elle a cherché l’oubli dans l’immémorialitée d’un eucalyptus. C’est de son antre que la lady bohémienne l’a extirpée. Elle l’élève entre le bidonville des rebuts de l’assimilation et des milliers de cygnes noirs venus du Sud du pays.

C’est aussi du Sud, au sein d’une autre branche de la même nation autochtone, qu’un cadeau du ciel, un « Miracle Incarné » est attendu. Warren a été éduqué par les Anciens pour devenir le premier président aborigène d’Australie. Mais son destin est hanté par un rêve de femmes cygne.

Deux légendes, celle de la petite fille terrée dans un eucalyptus millénaire et celle de l’enfant prodige doivent se rencontrer.

« Le livre du cygne » alterne métaphores et mots bruts pour parler du désastre climatique, de l’exil, des peuples indigènes. Il regorge de pages d’une poésie spectrale, hypnotique. Et tire sa beauté tant du vivant que de la folie omniprésente.

La plume épique d’Alexis Wright nous emporte très loin.  

 

« Le Livre du Cygne », Alexis Wright, Éditions Actes Sud, 2016.

Be Hype : les looks de la blogosphère

In #be Hype Spaluxe Tv Blog on avril 10, 2016 at 5:36

 

 

surf-be-hype-spaluxe.tv.ppg

Mode out ! Vive les looks !

Le phénomène, apparu dans les années 80, a explosé avec l’expansion de la blogosphère.

Isabelle Oziol de Pignol, illustratrice et styliste fondue de mode, a ouvert son blog en 2008. Elle y observe depuis sa fenêtre web le vaste peuple des hyspters et les croque avec saveur et minutie. Résultat : un livre « Be Hype, la mode en réseaux ».

Attention, si le plaisir de l’oeil rend la lecture aisée, il peut occulter le travail de réfèrencement qui pourrait bien faire de l’ouvrage un outil sociologique. Car les blogueurs, vlogueurs et consorts reflètent indiscutablement notre époque et parfois la modèlent. En matière de comportement mais aussi de pouvoir. Les couturiers parlaient d’une inspiration venue de la rue. Aujourd’hui, les nouveaux prescripteurs-influencers battent le bitume pour aligner des pics posts. Posts surveillés par les marques qui rémunèrent royalement les plus influentes figures du net.

On peut lire « Be Hype » en suivant une ligne rouge (ou bleu écran au choix) : le biz, l’ego et l’esprit de partage.

animal-be-hype-spaluxetv

Isabelle Oziol de Pignol, elle, découpe son ligne en quatre chapitres : business, mode, physiques, styles de vie.

Dans « Business », on se délecte du Dandy youtuber qui est devenu une star en créant des tutos de beauté stylés pour la barbe « ère victorienne » ainsi que des réalisations de la toiletteuse pour chiens qui propose des coupes « Gwineth Palthrow », « Gandalf le blanc » ou encore « Beckam » (liste non exhaustive) à nos compagnons à quatre pattes.

Plus généralement, Isabelle Oziol de Pignol passe aussi au crible le marché de l’authentique, du tourisme érudit, le biz de l’éthique.  

Dans « Mode », on se régale des titres : « La fille qui se la pète et qui l’ignore », « La fille qui se la pète et assume », « La galeriste tellement fashion », « La galeriste minimaliste » …

vintage-be-hype-spaluxetv

Les portraits sont accompagnés de pages déco, vêtements et accessoires.

« Physiques » aborde les nouveaux créneaux porteurs comme le ou la « Senior », le ou la « King Size » ainsi que les nouveaux incontournables « Les barbus », « Les tatoué(e)s » …

Les métiers ne sont pas en reste avec : le serveur, le boulanger, le chef …

barbes-be-hype-spaluxetv

« Styles de vie » décrypte la génération DIY, Oudoor, Surf, Famille …

Chaque portrait renvoie à des mots clefs, ashtags et zone d’influence (Instagram, YouTube, Pinterest, Web ….)  

Et vous quel hypster êtes-vous ?

couverture-be-hype-spaluxetv.  

 

 

« Be Hype, la mode en réseaux », Isabelle Oziol de Pignol, Éditions la Martinière, 25 E.

Ti-Puss : trois ans en Inde avec ma chatte

In ti puss trois an en Inde avec ma chatte spaluxetv, ti puss trois ans en Inde avec ma chatte on mars 20, 2016 at 3:01

photo chatte en Inde 2  

Ella Maillard est une grande figure du voyage.

Elle raconte ses aventures dans un livre au langage délicieusement désuet qui évoque un salon de thé du XIXe siècle.

« Ti-Puss trois ans en Inde avec ma chatte » retrace les pérégrinations de cette aventurière stylée et de Ti Puss don d’un de ses maîtres spirituels.

C’est aussi l’histoire d’une amitié qui se construit au fil des jours, des joies et des épreuves. Une amitié d’égale à égale ou presque. L’auteur séjourne en Inde pour progresser dans sa quête de l’éveil. Ti- Puss, la chatte qui vit dans l’instant, est un modèle. Ella Maillart raconte qu’à plusieurs reprises en contemplant les paysages comme le fait sa chatte ou en contemplant sa chatte immobile et totalement habitée par un objectif (attraper un oiseau), elle se retrouve elle-même immergée dans l’extase de l’instant et ne fait donc plus qu’un avec le grand tout.  

Des contreforts de l’Himalaya à la fournaise du pays Tamoul,  le livre, ode à la nature et à l’harmonie universelle, nous fait aussi vivre l’Inde de l’intérieur avec ses couleurs, ses odeurs, son fourmillement.  

« Ti-Puss trois ans en Inde avec ma chatte », Ella Maillart, éditions Petite Bibliothèque Payot Voyageurs.

« Vers une société altruiste » : le nouveau livre de Matthieu Ricard

In #littérature, littérature spirituelle on août 16, 2015 at 5:27
Matthieu Ricard, moine bouddhiste, auteur, photographe, traducteur du Dalaï Lama

Matthieu Ricard, moine bouddhiste, auteur, photographe, traducteur du Dalaï Lama

« Pouvons-nous rendre nos sociétés plus altruistes ? Pour répondre à cette question clé pour notre avenir, ce livre réunit, autour du Dalaï-lama, des scientifiques, des économistes et des acteurs sociaux de renommée mondiale. Chacun expose, dans son domaine, l’état des connaissances ou les initiatives en cours, puis engage une discussion sur les moyens d’introduire davantage de bienveillance au cœur de nos systèmes économiques et sociaux ».

En juillet et en août, Matthieu Ricard voyagera entre la Suisse et la Belgique pour animer des événements organisés autour de son livre.

Il fera halte à Paris le 27 septembre.

Pour en savoir plus : http://matthieuricard.org/books/vers-une-societe-altruiste