spaluxetv

Posts Tagged ‘manucure’

Tay Chanh : la manucure detox

In beauté on mai 22, 2016 at 7:58

  salon-nailspa-manucure-paris-spaluxetv  

Au Viet-Nam, avoir les mains propres et soignées est un signe de respect envers les autres et envers soi-même. Ce devoir obéit à une tradition ancestrale qui se transmet de génération en génération. Dans les échopes comme dans les foyers, les Vietnamiens utilisent des ingrédients simples et peu onéreux pour la santé et la beauté de leurs mains et de leurs ongles : le citron vert et l’huile de monoï.

Le Nailsparis de la rue Vaugirard a remis la vieille recette vietnamienne au goût du jour. Objectif : offrir une réhab aux ongles saturés de vernis. Les nailsaddicts se comptent par millions. Selon les chiffres de l’enseigne, plus de 7 millions de Françaises portent quotidiennement du vernis. En particulier les ados. Ce geste de beauté et d’expression de soi n’est pas anodin. Le port quotidien de vernis abîme les ongles. Dédoublés, striés, jaunis, ils demandent à respirer. Ils lancent un SOS  detox.

La réhabilitation ongulaire de Nailsparis c’est le « Tay Chanh » qui signifie « main » et « citron » en vietnamien.

nailspa-paris-manucure-taychanh-spaluxetv

Le traitement comprend quatre étapes.

Tout commence comme une manucure classique. On s’installe à l’un des postes de travail de l’institut qui comprend un espace manucure-pédicure et un autre espace consacré aux massages. Les ongles sont limés en fonction du choix de la cliente puis enduits d’un gel émollient et trempés dans l’eau chaude citronnée afin d’assoupir cuticules et petites peaux mortes. Cette technique permet d’éliminer plus facilement les résidus indésirables et aide les ongles à bien respirer. Tous les instruments viennent d’Asie. C’est une exigence de Noémie la responsable manucure-pédicure qui ne plaisante pas avec la qualité du matériel.

Deuxième étape :  l’hydratation parfumée. Propres et nets, les pourtours des ongles sont enduits d’huile de monoï et légèrement massés. Cela nourrit la matrice et finit d’assouplir les cuticules. Les acides gras renforcent l’hydratation de la peau et protègent des agressions extérieures.

Troisième step : detox à la vitamine C. Chaque doigt est frotté avec de la pulpe de citron vert riche en vitamine C, cuivre et fer. Rappelons que le citron vert est reconnu pour son pouvoir antioxydant. Il va donc aider à détoxifier, assainir, fortifier voire blanchir l’ongle. Après avoir été rincé, l’ongle est passé au polissoir, un polissoir qui ressemble à de la guimauve solidifiée. Effet bluffant ! On a l’impression que l’ongle est recouvert d’un top coat gloss.

Étape finale : le modelage relaxant. Noémie procède à un délicieux modelage des mains avec une crème au jasmin dotée de propriétés anti-oxydantes. Cette phase détente débute par d’amples mouvements sur les mains, se poursuit par de légères pressions et de petits massages rotatifs et linéaires. Last but not least, une autre esthéticienne procède à un massage du scalp et des cervicales qui nous plonge dans un état proche de la béatitude.

Plus prosaïquement, notons que le soin dure 45 minutes, qu’il doit être renouvelé tous les deux mois. Ne pas appliquer de vernis pendant les deux semaines qui suivent est fortement recommandé.

 

Nailsparis

80 rue de Vaugirard

75006 Paris

http://www.nailsparis.fr

L’Hôtel de Beauté : art et cosmétique contemporaine

In #Versailles, beauté on avril 30, 2016 at 7:08

hotel-de-beaute-versailles-spaluxetv En Good Green Citizen nous avons décliné l’offre d’un chauffeur avec méhari pour nous rendre à Versailles Nous avons préféré le train. Mais voilà il y a trois gares à Versailles. La bonne, qui se trouve à 150 m de la maison de « cosmétique contemporaine » et deux autres. Nous ne sommes pas descendues à l’endroit indiqué mais cette erreur fut très agréable. Nous avons flâné dans le quartier historique, jeté un œil au Château et pris une photo -ratée- d’un superbe entraînement équestre dans les écuries royales.

L’hôtel de beauté est situé dans l’ancien hôtel des Gabelles construit par Louis XIV au XVIIe siècle. La nuit il s’illumine de violet,  la couleur signature de ce lieu contemporain entre art et cosmétiques.

À l’entrée, une cour pavée rebaptisée jardin de pierres. Aidée par sa fille Erika, la propriétaire Odile Finck -pharmacienne et communicante- a fait inscrire des noms de fleurs sur les pavés de cet espace qui deviendra, aux beaux jours, un lieu vegan et un salon de thé gourmand.

On pousse les portes de verre  designées et voici de nouveaux une coure de pierres, un cadastre qui raconte l’histoire de l’endroit en 22 dalles de 40×40 cm taillées par un sculpteur.

Le comptoir de l’accueil a été spécialement conçu pour y encastrer une améthyste de 500 kg. Au-dessus, deux tableaux de Fabrice Hyper. Autour, un corner shopping original qui mêle produits cosmétiques adoptés par la maison, objets d’art et artisanat de luxe. La propriétaire a racheté le fond de joallerie d’Eric Lopez , un artisan qui s’est converti à la sculpture. Mais l’on trouve aussi des nounours en bouquets ou en sautoirs -baptisés Louis en hommage au roi soleil-, des porte-smartphones ou des porte-monnaies en peau de crapaud confectionnés par le tanneur d’Hermes …

Un kimono japonais vintage dressé sur un mannequin rappelle qu’il convient de demeurer élégant à la maison.

hotel-de-beauté-corner-gourmand-spaluxetv

À droite de l’entrée, la suite VIP également destinée aux personnes à mobilité réduite. C’est l’écrin le plus classique avec deux tableaux de l’école Ingres, une échelle indonésienne et des rosaces sur les murs, petite touche décalée. Le lustre en feuilles de papier calque et fils de fer se retrouve un peu partout dans la maison de beauté à côté des Baccarat Starck. La table de soins est très large (80 cm) et surprise, un tiroir amovible permet de se faire laver les cheveux allongé(e). Un délice paraît-il à addictif.

Chacune des 7 suites, couvrant entre 21 et 27 m2, offre l’ensemble des prestations de l’hôtel y compris le champagne et les petits plaisirs gourmands. On la réserve selon l’humeur de 2h à une-demi-journée voire plus. 

Nous grimpons l’escalier XVIIIe dont le premier stop débouche sur l’Open Space. C’est ici que les clientes ne souhaitant pas recevoir des soins en suite privée se voient prodiguer manucure, pédicure, coiffage (avec lissages, balayages …) Un corner avec maquillage bio est aussi à disposition. Une sculpture moitiée sirène moitiée serpent rampe sur la largeur d’un mur. Deux compositions faites de cheveux ornant un tee-shirt habillent le coin coiffure. Un corner lounge design appelle à la paresse.

hotel-de-beauté-versailles-openspace-spaluxetv

Nous devons tester une pédicure avec pause de vernis semi permanent bio. L’hôtesse de beauté, habillé d’un bien joli uniforme violet Issey Miyake, nous conduit à une extrémité de l’Open Space dans un corner très design agrémenté de toutes petites touches drôlatiques  comme cette botte customisée par un artiste en écho à la beauté des pieds (voir visuel). Par discrétion, elle tire un panneau isolant le corner pédicurie.

hotel-de-beauté-versailles-pedicure-spaluxetv

Surprise, nous avions demandé un thé vert à la menthe et nous nous retrouvons avec un Lipton. Le soin se déroule sans que l’on nous propose des chaussons. C’est le manager qui nous les a fourni. À revoir donc. L’esthéticienne nous demande si nous préférons l’eau chaude l’eau tiède, dépose une pastille effervescente dans le bac qui combine luminothérapie et massage. Elle procède à un gommage, à un ponçage puis s’occupe des petites peaux, de la coupe des ongles et de son rendu. La pose du vernis semi permanent est incompatible avec les substances grasses, le modelage se fait donc à la fin. L’hôtesse nous précise que le vernis bio ne rend sa brillance maximale que deux ou trois jours plus tard. Nous le trouvons déjà pas mal du tout après la pause. Elle nous propose soit de revenir pour ôter le vernis soit de nous donner de quoi le faire à la maison. Nous aimons beaucoup le petit flacon de bois serti de verre du vernis.  Le noir est magnifique mais le choix de couleurs est large des « corail » aux rouges en passant par le bleu, le vert, et les beiges.

Nous reprenons l’escalier d’époque pour nous rendre à l’étage « technologique ».

« Je me suis déplacée en Amérique Latine et aux États-Unis pour choisir les machines » explique Odile Finck « Certaines traitent la culotte de cheval, les poignées d’amour, les bourrelets rebelles sur les genoux ou sous les bras avec des techniques de cryolise ou d’ultrasons et lissent la peau en utilisant le radiofréquence. D’autres aident à sculpter l’oval du visage ou la silhouette en travaillant le tissu  profond par ultrasons ou thermage. D’autres dépilent ou encore repulpent le visage grâce a la lumière pulsée sélective. Ce sont des machines médicales utilisées dans une version esthétique. J’ai formé les hôtesses et je supervise leur travail« . La directrice insiste sur la sécurité, les bienfaits des associations de technologies et l’adaptation des protocoles après le diagnostique préalable à tout soin.

hotel-de-beauté-versailles-suite-technique-spaluxetv

On nous attend pour un soin du visage cosmeceutique. La suite est superbe, grande (27 m²)  avec parquet de bois blond, grand miroir, lustre de cristal, fauteuils design, sculptures khmères sur la cheminée d’époque. « Nous procédons par layeling » précise l’esthéticienne très prévenante en nous demandant si nous voulons une couverture supplémentaire. Inutile, nous sommes drapées dans un peignoire violet (évidemment) ultra moelleux. Le soin de 45 mn comprend un nettoyage de la peau, un peeling, la pose de sérum puis d’un masque hydratant et anti-âge sous luminothérapie pendant une vingtaine de mn. Le moment se termine par une léger modelage. Le résultat est très satisfaisant : teint (encore) plus claire, peau élastique et pulpée. En prime un amour de petit nounours !

hotel-de-beaute-versailles-suite-bien-etre-spaluxetv  

Pour les soins cocooning il faut se rendre dans la partie bien-être de l’Hôtel.

Les hommes disposent de leur propre espace avec fauteuil de barbier et soins dédiés. Ils y reçoivent aussi les soins de la carte. En sortant, une sculpture en forme de lame de rasoir. Monsieur met la tête dans l’un des interstices et hop un selfie !

hotel-de-beauté-suite-homme-barbier-spaluxetv

Vous terminons la découverte des 1000 m2 de L’Hôtel de Beauté par l’espace gourmant intérieur. Sous une verrière, un piano, des chaises classiques ou design, des paravents, des objets d’art.

hotel-de-beauté-versailles-corner-gourmand-spaluxetv  

Recommandé aux amateurs d’art et de soins de pointe mais aussi pour une escale bien-être originale lors d’un city-break à Versailles.    

 

Hôtel de Beauté

6 Avenue de Sceaux,

78000 Versailles

 

Bastien Gonzalez : Pedi-Mani-Cure au Spa Molitor

In #Bastien Gonzalez on août 9, 2015 at 5:45
Piscine MGallery Molitor/ Spa avec les soins  Mani-pPdi-Cure Bastien Gonzalez

Piscine MGallery Molitor/ Spa avec les soins Pedi-Mani-Cure Bastien Gonzalez

Un matin comme les autres, Bastien Gonzalez mit la clef dans la serrure de son cabinet parisien. Il figea brusquement son geste. « Vais-je chaque jour pendant quarante ans faire le même trajet et mettre toujours la même clef dans même la serrure ? Non, j’ai envie d’autre chose ».
C’est ainsi que que la podologue, qui s’était déjà taillé une belle réputation auprès d’une clientèle huppée, explique sa décision de changer de vie.

Depuis, il passe une semaine par mois à Dubaï, une autre à Miami …
On le voit aussi à Paris où il a ouvert au printemps 2015 une unité Pedi-Mani-Cure au Spa MGallery de l’ancienne piscine Molitor.

Mais qu’est-ce que la pedi-mani-cure ?

Un soin global centré sur l’ongle et source de bien-être.
Plus précisément, un concept qui « repose sur la synergie entre soin, beauté et bien-être. Les protocoles de soins portent une attention médicale à l’ongle et à son intégrité. La finition beauté de l’ongle passe par sa brillance, grâce à une technique de polissage à l’ancienne (…) « que ce soit au terme d’un soin du pied ou de la main, un massage permet de libérer toute tension des orteils à la jambe ou des doigts jusqu’à l’avant bras« .

Bastien Gonzalez conseille une esthéticienne du spa MGallery Molitor

Bastien Gonzalez conseille une esthéticienne du spa MGallery Molitor

Nous avons testé un soin avec Marion.
A l’instar du spa, la suite pédicure-manucure célèbre les Arts-Déco en bleu, blanc et jaune. Un hommage à la piscine Molitor.

Une fois installés dans un fauteuil plus que confortable, nous voyons Marion tirer une sorte de tiroir dissimulé sous le fauteuil. Astucieux cette bassine où tremper les pieds.

Le traitement se déroule en trois étapes :
– soin du pied,
– soin de l’ongle,
– massage.

Esprit Art Déco dans la suite pédicure-manucure spa MGallery Molitor

Esprit Art Déco dans les deux cabines de pédicure-manucure
spa MGallery Molitor

Nous posons nos pieds dans une eau mousseuse. Marion procède au gommage sur pieds mouillés en appliquant une crème noire qui vire au gris clair quand elle a fini son travail.
Le gommage remplace la râpe beaucoup plus invasive.
Très visuel !
Efficace également. Les pieds sont très doux.

Deuxième étape : les ongles.
Manon les coupe puis les lime à l’aide d’une lime au grain très fin afin d’éviter les agressions.
Elle s’occupe ensuite des cuticules en utilisant une crème émolliente, coupe les petites peaux avec une pince préalablement désinfectée et procède au polissage afin d’éliminer les pellicules. Parmi les produits, une peau de chamois.
La pose d’une crème nourrissante sur chaque ongle clôt cette phase du soin.

Dernière étape : le massage.
Drainant, relaxant, accompagné de points de réflexologie, il est à la discrétion du client. La praticienne insiste sur les zones adipeuses pour regonfler les coussinets qui oxygène les cellules.
Ultra relaxant !

Les conseils de Marion : se masser (ou se faire masser) les pieds 10 mn par jour, éviter la râpe sous la douche, mettre du talc dans les chaussures.

Dont Acte.

Crédits photos : Spaluxe.tv

Spa MGallery Molitor
13 Rue Nungesser et Coli, 75016 Paris
01 56 07 08 50
http://www.mgallery.com/fr/hotel-7326-hotel-molitor-paris-mgallery-collection/presentation.shtml

A NOTER : À LA RENTRÉE SPALUXE TV DIFFUSERA UN REPORTAGE VIDÉO SUR BASTION GONZALEZ AU SPA DE L’HOTEL MGALLERY MOLITOR

New-York : les manucures ont les doigts en sang

In Beauty, Livestyle, nails on juin 2, 2015 at 9:30
10nailsweb1-jumbo-1

Salon de manucure New-York

Il ne fait pas bon être manucure à New York.
Le New York Times a enquêté pendant un an dans la ville et ses environs, interrogeant 300 jeunes femmes pour la plupart en situation illégale.  

Toutes avaient un point commun : être manucure dans les salons low cost qui pullulent dans la mégapole de la côte Est et emploient des milliers d’immigrées.

Selon la journaliste Sarah Nir, la plupart d’entre elles travaillaient dans des conditions proches de l’esclavage.

Le journal rappelle que le nombre de ces salons a été multiplié par trois en 15 ans en raison de la politique de bas prix pratiquée par les propriétaires.
Une manucure est facturée en moyenne 9,4 euros ce qui est nettement inférieur à la moyenne nationale.

De quoi encourager les clients à pousser la porte des échoppes.

Le prix est lourd du côté des « employées ».

Payer pour travailler

Les jeunes femmes doivent acquitter environ 200 $ pour obtenir un poste.  Elle ne reçoivent aucune rémunération jusqu’à ce que le propriétaire juge qu’elles ont acquis les « compétencses » nécessaires. Elles touchent alors 10 $/ jour durant les premières semaines.
La situation peut durer de longues semaines (ou mois) pendant lesquels leurs pourboires sont confisqués et leurs moindres gestes surveillés par vidéo. 

Elles dorment dans des réduits crasseux après 12 h à 14 h d’un travail sans pause ou presque.

Un système de castes.

La plupart des propriétaires des salons étant d’origine asiatique, les coréennes sont privilégiées tandis que les hispaniques se voient traiter comme des intouchables indiennes.

L’exploitation économique se double d’une discriminations digne d’un système de castes.

Andrew Cuormo, le maire de New York, a annoncé, le 18 mai dernier, un ensemble de mesures pour limiter les abus et protéger le personnel.

Un groupe de travail doit être mis en place.

Le gouverneur s’est déclaré en faveur de la santé et de la sécurité des employés. Par exemple l’obligation du port de gants et de masques ainsi que la présence d’un ventilateur pour disperser les vapeurs toxiques soupçonnées d’être à l’origine de leucémie, de fausse couches…
La redistribution des pourboires confisqués ainsi que la fermeture des salons hors norme sont également au programme.

Source : Le New-York Times  lien ICI http://www.nytimes.com/2015/05/10/nyregion/at-nail-salons-in-nyc-manicurists-are-underpaid-and-unprotected.html?_r=0

et 20 Minutes http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/New-York-lutte-contre-les-abus-chez-les-manucures-30771293

Crédit photo : Nicole Bengiveno /New-York Times